Accueil


Images


Mots


Vie

Patrick Abrial

Graeme Allwright

Philippe Anciaux

Morice Benin

François Béranger

Michel Bühler

Georges Chelon

Daria de Martynoff

Jacques-Ivan Duchesne

Cloé du Trèfle

GAM

Ann Gaytan

François-Marie Gerard

Jofroi

Jean-Marc Le Bihan

Catherine Le Forestier

Maxime Le Forestier

Coline Malice

Yves Marchal

Maurane

Frederik Mey

Georges Moustaki

Didier Odieu

Nicolas Peyrac

Raphy

Jean-Claude Rémy

Robert

Olivia Ruiz

Pierre Selos

Claude Semal

Yves Simon

Alain Souchon

Christiane Stefanski

 

Cette page n'est ni une bibliographie ni une discographie complète.
Juste une émotion, une communion.
Quelques idées personnelles sur un chanteur apprécié,
et quelques commentaires sur ses disques qui sont dans ma discothèque !
Dernière mise à jour : 6/02/16

Maxime Le Forestier

Maxime Le Forestier (né Bruno) ! Un monument de la chanson française qui nous enchante depuis plus de 50 ans déjà. Il est unique en son genre et a un parcours unique, avec quelques passages à vide, mais quand même toujours présent.

Je ne l'ai vu qu'une seule fois sur scène, il y a très longtemps. Au début des années 1970. Il n'était pas encore vraiment connu. C'était dans la banlieue bruxelloise, je ne sais plus trop où. Je me souviens que déjà à l'époque le prix était dérisoire : 20 francs belges, peut-être 40. Soit 0,50 EUR ou 1 EUR ! Mais quelle soirée. Devant une trentaine de personnes, Maxime a d'abord chanté ses chansons, seul avec sa guitare. Lorsque le spectacle fut terminé, on le retrouva dans la salle qui servait de bar. Il reprit alors sa guitare et interpréta quelques chansons encore inconnues à l'époque. Elles étaient de Monsieur Georges Brassens et n'avaient pas encore été publiées. Un moment magique. Tellement magique que je n'ai plus cherché à revoir Maxime sur scène. Là, c'était un peu comme s'il avait chanté dans mon salon, rien que pour moi et mes amis.

Comme toujours, les disques que je vais présenter ici sont ceux que j'ai, parfois uniquement de manière virtuelle. Je me contenterai des albums qui sont vraiment du Maxime, y compris les albums en public. Mais j'aurais pu parler aussi de ses participations diverses, que ce soit au niveau humanitaire, avec Sol en Si ou Les Enfoirés, mais aussi dans des albums studios. Avec par exemple La Danse, en duo avec Claude Nougaro, dans l'excellent album Autour de la guitare, de Jean-Félix Lalanne. Ou Votre fille a vingt ans, pour l'album hommage Autour de Serge Reggiani. Ou Versu te, avec Petru Santu Guelfucci, dans l'album Corsu - Mezu Mezu. Ou d'autres encore… Il aurait aussi fallu parler du CD hommage La maison bleue, avec de bonnes reprises d'Adamo, de Calogero, de La Grande Sophie, de Toubé Dary, de Juliette, d'Emily Loizeau…

Sans compter évidemment Brassens ! En 1979, Maxime Le Forestier livrait le premier pan de toute une discographie hommage au grand Georges. Il y aura, en 1996, les Petits bonheurs posthumes (12 nouvelles de Brassens). Puis, en apothéose, une intégrale en neuf disques publiée en 2005 et reprenant tout le répertoire de Brassens, que Maxime Le Forestier, au fil des ans, chanta régulièrement sur scène, quand il n'avait plus trop à dire lui-même (c'est moi qui ajoute cette hypothèse). Je n'en dirai pas plus, mais c'est un travail tant monumental qu'extraordinaire.

1966 - cat et maxim - 45 Tours Barclay 71 045
Emmène-moi / La pendule / Dis-moi où mènent les pas / Le facteur

Ce 45 tours est assez rare. J'en dois la découverte à l'Encyclopédisque qui détient des tas de richesses et la connaissance des chansons à Philippe ! Si la version de cette sublime chanson de Moustaki, Le facteur est plutôt à oublier, tout comme La pendule, on pressent dans Emmène-moi et Dis-moi où mènent les pas tout ce qui fera par la suite la force tant de Catherine que de Maxime.

1967 - cat et maxim - 45 Tours Barclay 71 188
La ballade de nulle part / La locomotive / La machine à sous / Mon ami

Ce 45 tours est encore plus rare. Il a surgi dans mon existence grâce à Pascal, grand collectionneur des disques de Maxime Le Forestier. On retrouve à nouveau Moustaki comme compositeur de La ballade de nulle part, mais aussi Éric Charden comme auteur de La machine à sous. Catherine signe la musique de Mon ami. Tout ça date d'une autre époque. C'est attachant, mais un peu lourd. Catherine et Maxime ne pouvaient que faire mieux… et ils l'ont fait !

1969 - "La petite fugue" - 45 Tours Festival SPX82
La petite fugue / Cœur de pierre, face de lune

Sauf erreur, il s'agit du premier enregistrement solo en studio de Maxime. La version de La petite fugue est à la fois aérienne et un peu lourde de par la présence de chœurs. Cette chanson, co-écrite par Catherine et Maxime, reste magique ! Oublions la face B de ce 45 tours !

1972 - "Mon frère" - 33 Tours Polydor 2393 040
Mon frère / Éducation sentimentale / La rouille / Mourir pour une nuit / Marie, Pierre et Charlemagne / Comme un arbre / Fontenay-aux-Roses / Parachutiste / Je ne sais rien faire / San Francisco / Ça sert à quoi

Cette année-là, donc, Maxime Le Forestier débarque avec cet album culte. Impossible de ne pas mettre toutes les chansons en exergue, même si j'ai un faible pour La rouille (paroles de Jean-Pierre Kernoa). La voix est désormais bien posée, les orchestrations d'Hubert Rostaing la transcendent !

1973 - "Le steak" - 33 Tours Polydor 2473 025
Le Steak ou « Complainte de ceux qui ont le ventre vide, considérée comme une gaudriole par ceux qui ont le ventre plein » / Février de cette année-là / Parlez-moi de saison / Entre 14 et 40 ans / Si tu étais né en mai / Dialogue / Mauve / Là où / Les lianes du temps / Autre dialogue / J'm'en fous d'la France

Un an plus tard, Maxime remet cela, avec la même qualité, le même humour, la même poésie (essentiellement due à Kernoa qui signe notamment Mauve et Là où). Hubert Rostaing dirige l'orchestre, mais les orchestrations sont du contrebassiste Patrice Caratini, qu'on retrouvera.

1973 - "Olympia 1973" - 33 Tours/CD Polydor 981 319-4
La ballade des marguerites / L'éducation sentimentale / Mai 68 / Dialogue /Mauve / Marie, Pierre et Charlemagne / Ballade pour un traître / Relaxe / San Francisco / Entre 14 et 40 ans / Mourir pour une nuit / Mon frère

Un premier album en public… et un petit joyau. Une fraîcheur indescriptible. Avec une superbe interprétation de Mai 68, chanson de Jean-Michel Caradec, bien trop tôt disparu. Pour le reste, un Maxime au sommet de son art première période !

1975 - "Saltimbanque" - 33 Tours Polydor 2473 046
Saltimbanque / La poupée / L'irresponsable / Caricature / Voyage au Moyen Âge / Petit robot / La vie d'un homme / Les lettres / Notre vie en rose / L'auto-stop

L'album blanc. Un peu comme celui des Beatles. Un album à part. Musicalement, Maxime est accompagné à la guitare par Alain Ledouarin et à la contrebasse par Patrice Caratini. C'est tout. Dépouillé, mais sublime, à la Brassens. Maxime signe cette fois tous les textes, avec beaucoup de justesse. Les dessins sont de Cabu, qui disparaîtra dans les attentats de Charlie hebdo, 40 ans plus tard…

1976 - "Hymne à sept temps" - 33 Tours Polydor 2473 055
Hymne à sept temps / Le fil / La chanson du jongleur / Amis / Blues blanc pour un crayon noir / Nous serons vieux / Mourir d'enfance / Mentir / Le fantôme de Pierrot

Toujours Caratini à l'orchestration, mais avec un orchestre plus complet. Très joli. C'est d'ailleurs un album bien ciselé, avec des textes exclusivement de Maxime. Julien Clerc signe la musique d'Amis, qu'il reprendra lui aussi. Mais derrière ce bel album, on sent une certaine désillusion, comme si l'artiste était fatigué d'être le jongleur, le fantôme de Pierrot, le crayoniste de la vie, l'homme qu'il est tout simplement, dans la complexité des relations : Le fil, Nous serons vieux, Mourir d'enfance, Mentir… !

1978 - "N°5" - 33 Tours Polydor 2473 089
Sage / Liberté / Antipodes / Le mot « Amour » / Courrier du cœur / Je veux quitter ce monde heureux / Ma ville est morte / Les feuilles / Mémoires d'une table / L'enterrement du père Fouettard

Album charnière. D'abord, c'est le premier qui a un vrai titre "N°5". Référence au parfum ou simple comptage ? Surtout, début d'un changement radical dans l'instrumentation : on quitte l'acoustique pour la batterie et l'électrique. Sauf dans l'excellent Je veux quitter ce monde heureux. Pour le reste, on sent la même désillusion : Maxime ne se sent plus dans la peau du chanteur engagé que tout le monde lui a donnée. Comme sur un mur en mai, c'est qu'il y a un mais… un message.

1980 - "Les rendez-vous manqués" - 33 Tours Polydor 2473 119
Les Rendez-vous manqués / Histoire de plantes / Au bout de la rue / Troc / Mirador / Le silence / Je pense à vous / Charade / Approximative / Les rats

Pour la première fois, Maxime Le Forestier n'a plus rien à dire, ni musicalement, ni textuellement. Ce disque est lourd, sans étincelle. Et Maxime le sait. J'voudrais l'silence profond… L'orchestration est confiée à Gérard Kawczynski, mais approximative, pourquoi t'es jamais sur ma rive. C'est d'ailleurs à cette époque que le chanteur se saisit - avec quelle maîtrise ! - du répertoire de Georges Brassens. C'est sans doute ce qu'il avait de mieux à faire !

1980 - Graeme Allwright Maxime Le Forestier "Enregistrement public au Palais des Sports" - Double 33 Tours Mercury 6685 026
Chansons chantées par les deux : Suzanne / Mentir / Humpty dumpty / À l'ombre du cœur de ma mie / Chasseur de qui ? / Qu'as-tu appris à l'école / Star of love / When I go / Rio / Hymne à sept temps / Jolie bouteille, sacrée bouteille / San Francisco / Emmène-moi / Moi j'y vais pas
Chansons chantées par Le Forestier : En Amérique sur Seine / Antipodes / Les petits morts

Ce fut certainement une belle rencontre, somme toute assez logique. Mais à vrai dire, selon moi, le principal intérêt de ce double disque est la réapparition de Catherine Le Forestier, devenue Aziza, dans un style bien particulier et éloigné de ses origines !

1981 - "Dans ces histoires…" - 33 Tours Polydor 2393 296
Raconte-moi / L'homme à tête de loup / Les trois sirènes et le miroir / L'enfant et l'étang / Courant d'air / La petite vieille de Saint-Pétersbourg / Berceuse triste­ / Grand match de blues à Mineville / Le fermier, le dompteur, le président et l'autre / Dans ces histoires

L'album porte bien son titre. Maxime nous raconte des histoires. Mais celles-ci ne décollent pas vraiment. Ni le public d'ailleurs. Il y a quand même de bonnes choses : Raconte-moi, L'enfant et l'étang (deux textes de Kernoa), et aussi Dans ces histoires. Va pas chercher ceux que j'ai cachés dans ces histoires : je n'ai pas vraiment cherché à vrai dire !

1983 - "Les jours meilleurs" - 33 Tours Polydor LP 815 997-1
Les jours meilleurs / Les images / Coïncidences / Shéhérazade et sa sœur / La salle des pas perdus / Cap'tain Black / Patineuse / Qui c'est l'type en noir ?

Je n'ai tellement pas cherché que je n'ai pas acheté cet album qui est d'ailleurs publié dans l'indifférence quasi générale. Maxime se cherche dans son vide musical et textuel. Il essaie alors - pourquoi pas ? - les synthétiseurs qui sont les seuls accompagnateurs. Cela dit, par rapport aux albums précédents, il y a une belle énergie et Les jours meilleurs et La salle des pas perdus valent finalement le détour. Enfin, si on a le temps ! Sans compter la pochette et le pantalon désastreux !

1986 - "After shave" - 33 Tours Polydor
After shave / La septième femme de Barbe-bleue / Noé / Signez-la / Les photos floues / Cortèges / Jalousie / La table à songes / Le lézard / Le sommeil des amoureux

Pas acheté celui-là non plus. Je ne l'ai découvert qu'avec l'intégrale Les lianes du temps. Je n'ai pas regretté d'attendre tout ce temps. Commercialement, c'est le bide total. Finalement, le plus intéressant est la couverture : After shave ! Maxime s'est rasé, mais il perd la tête. Suffit de faire, suffit de fermer les yeux. Passons à autre chose !

1988 - "Né quelque part" - 33 Tours Polydor 837 354-1
Né quelque part / Les deux mains prises / Une cousine / Si je te perds / La visite / Frisson d'avril / Les mots et les gestes / Ambalaba / Les nuits douces / Cool heure

Et puis vient le miracle ! Maxime renaît, on ne sait trop pourquoi. Il y a bien sûr Né quelque part et Ambalaba, tous deux aux accents africains. Mais le reste est excellent. Surtout Les deux mains prises, Si je te perds (superbe duo avec Geneviève Paris), La visite (hommage à Brassens, dans la veine du grand Georges, musique de Joël Favreau) et Les mots et les gestes. Pour arranger tous leurs soucis, gardons les mots pour la sieste et les gestes pour la nuit

1989 - "Bataclan 1989" - CD Polydor
La rouille / After Shave / Frisson d'avril / Les deux mains prises / La visite / J'ai eu trente ans / Histoire de plantes / Une cousine / La chanson des vieux amants / Ma brave dame / Ambalaba / Les Jours meilleurs / San Francisco / Né quelque part / Comme un arbre / Mon frère / Éducation sentimentale

Un très bon enregistrement technique de ce spectacle très apprécié par ceux qui l'ont vu. Les orchestrations sont excellentes (quoique électriques). On se croirait parfois en studio ! Pour le reste, mélange d'anciennes chansons - en commençant par La rouille avec seulement la guitare de Maxime - et celles du moment. Deux reprises pas extraordinaires (selon moi) : La chanson des vieux amants, de Jacques Brel, et Ma brave dame, d'Alain Goldstein (paroles de Michel Jonasz).

1991 - "Sagesse du fou" - CD Polydor 511 373-2
Person to person / Deux larmes / Sagesse du fou / Question de style / Signes / Bille de verre / Les idées en l'air / Quelques chansons mises à part / Juste l'instant / Poussières / Avant la tornade

Quelques chansons mises à part, cela reste du tout bon Maxime. Sans doute liée à cette collaboration avec Jean-Pierre Sabar. Mais pas que. On retient sans hésiter Sagesse du fou et le merveilleux Bille de verre, duo avec Michel Rivard qui co-signe le texte. Mais tous les autres chansons valent le détour et l'arrêt pour les déguster !

1994 - "Passer ma route" - CD Polydor 527 680-2
Inutile / Cicatrices / Chienne d'idée / Le code / Raymonde / Choisissez-moi / Photo-finish / Tu peux partir / La tache sur la robe / Passer ma route / Marin du cap / La petite fugue

Globalement, ça reste intéressant. Même si j'avoue que le côté militaire et carré de la reprise de La petite fugue m'a toujours étonné. Mais ça n'enlève rien à tout l'intérêt de la longue (plus de 8 minutes) Passer ma route et la dynamique accordéoneuse La tache sur la robe. Parmi d'autres dont Chienne d'idée, avec la participation de Vanessa Paradis !

1996 - "Chienne de route" - CD Polydor 533 094-2
Inutile / Frisson d'avril / Chienne d'idée / Le code / Photo-finish / Signes / Fontenay-aux-Roses / La Visite / Raymonde / Cicatrices / Bille de verre / Choisissez-moi / Marin du cap / Les Jours meilleurs / San Francisco / Né quelque part / Mon frère / La petite fugue / Passer ma route

Version live des chansons du moment, avec quelques reprises plus anciennes, du temps de la belle époque. Malgré la présence de Jean-Pierre Sabar aux claviers, tout cela me semble un peu emprunté, sans relief. D'ailleurs La petite fugue devient de plus en plus militaire. Mieux vaut sans doute Passer ma route !

2000 - "L'écho des étoiles" - CD Polydor
L'écho des étoiles / Petit nuage sur Amsterdam / J'aurai ta peau / Les chevaux rebelles / Minimum que Minnie m'aime / Portrait de fille / Rue Darwin / Affaire d'État / Oncle Tom / Horizontale / La guitare à Paul / L'homme au bouquet de fleurs

Pour moi, un album de transition, à l'image de la pochette, tournée vers un futur improbable. Mais c'est sans doute un avis personnel. Il y a là d'excellentes chansons : L'écho des étoiles, J'aurai ta peau, Les chevaux rebelles, Portrait de fille, Rue Darwin, L'homme au bouquet de fleurs… Finalement, c'est pas si mal !

2002 - "Plutôt guitare" - Double CD Polydor 589 850 2
Les chevaux rebelles / Chienne d'idée / Bille de verre / Rue Darwin / Comme un arbre / La visite / Portrait de fille / Les mots et les gestes / Éducation sentimentale / Fontenay-aux-Roses / Quitter l'enfance / La rouille / Les deux mains prises // La guitare à Paul / J'aurai ta peau / Choisissez-moi / L'Oncle Tom / Affaire d'État / Ambalaba / L'écho des étoiles / Les Jours meilleurs / La chanson du jongleur / Passer ma route / Né quelque part / L'Homme au bouquet de fleurs / La petite fugue / San Francisco / Mon frère

S'il n'en fallait qu'un seul, ce serait celui-là ! Une pure merveille, avec les guitares de Maxime, mais aussi de Jean-Félix Lalanne, de Manu Galvin et de Michel Haumont. Une parfaite maîtrise d'un art parfait !

2008 - "Restons amants" - CD Polydor 00753 08113
L'ère étrange / Grain d'sel / Restons amants / Tuer l'temps / Histoire grise / Là-bas, la Terre / Le juge et la blonde / Sur deux tons / La meute et le troupeau / Tell'ment je m'aime / Empreintes / Hymne à la soie

L'album de la maturité. Avec la première pochette, depuis 1978, voire 1973, où Maxime se montre tel qu'il est, réconcilié avec lui-même. Il se concentre sur l'essentiel : le sens, les mots simples, la musique pour elle-même appuyée avant tout par une guitare acoustique. Deux musiques de Julien Clerc : sur Restons amants que Julien interprétera également tout en sensualité, et sur Le juge et la blonde, avec humour. Et un intemporel Hymne à la soie, en duo avec Emmanuelle Béart.

2009 - "Casino de printemps" - 2 CD Polydor
Grain d'sel / L'ère étrange / Passer ma route / Empreintes / Bille de verre / Tuer l'temps / Le juge et la blonde / Février de cette année-là / Là-bas, la Terre / Chienne d'idée / La meute et le troupeau / Restons amants / Sur deux tons / Tell'ment je m'aime // Double Enfance / Tomber / Histoire grise / Bonhomme / La Visite / L'homme au bouquet de fleurs / Fontenay-aux-Roses / Éducation sentimentale / Mon frère / Né quelque part / San Francisco / Ambalaba / La petite fugue / La rouille

Orchestre acoustique, comme j'aime. Mais je ne sais pas trop : j'ai l'impression que Maxime doit forcer la voix à tout moment. Ce n'est peut-être qu'une fausse impression. Déçu aussi du tempo larmoyant de Bonhomme (Brassens). La version de 1979 était nettement plus forte ! Bref, bonne prestation, sans plus.

2013 - "Le cadeau" - CD Polydor
Le cadeau / Le p'tit air / Les coups / La p'tite hirondelle / La bête curieuse / Impasse des oiseaux / La folie / Le caillou / L'averse / Le papillon

On sent bien que Maxime n'est plus prêt à publier n'importe quoi. Même s'il faut attendre 5 ans avant un nouvel album. Il nous propose là un album où aucune chanson ne ressort vraiment, mais où aucune non plus ne déforce le propos. Je retiendrai La folie, en duo avec Camille, bien à sa place.

2014 - "Olympia 2014" - 2 CD Polydor 1413 448
San Francisco / Le caillou / Passer ma route / Comme un arbre / Chienne d'idée / J'aurai ta peau / Frisson d'avril / Restons amants / Le cadeau / Les coups / Impasse des oiseaux / La p'tite hirondelle / L'averse / La bête curieuse // Une cousine / Le p'tit air / Double enfance / Bille de verre / L'homme au bouquet de fleurs / Le papillon / Éducation sentimentale / Mon frère / Né quelque part / Une jolie fleur / La visite / Les jours meilleurs / Ambalaba / La rouille

Un "live" classique en deux parties : la première consacrée essentiellement au dernier album, la deuxième plus variée, avec une bonne place aux bons vieux tubes. C'est bien construit. La voix est plus sereine qu'en 2009, mais Maxime me semble chanter plus bas et ce n'est pas plus mal. Éducation sentimentale à Fontenay-aux-Roses à deux voix surprenantes. Une jolie fleur avec Souchon, chouette !

2014 - "Les lianes du temps" - 16 CD Polydor
Né quelque part / Don't think twice it's all right / Suzanne / La chanson de Craonne / Au printemps / En Amérique sur Seine / Quitter l'enfance / Passer ma route / Les choses les plus simples / Tizi ouzou / Double enfance / Hollywood / Mistral gagnant / Le funambule / J'ai eu 30 ans / Frisson d'avril / La mauvaise réputation / Éducation sentimentale / La gigue des petits morts / Il était un petit homme

Intégrale des 15 premiers albums et un CD - présenté ici - avec des morceaux rares et un inédit. Ma chanson préférée Don't think twice it's all right (Dylan) en duo avec Joan Baez. Avec la même, Les choses les plus simples, de Gabriel Yacoub. Bien sûr, Mistral Gagnant, avec Vanessa Paradis. Et d'autres trésors. Il y aurait pu en avoir plus, mais ceux-là sont présents et c'est tant mieux !

Quelques liens :

  • son site officiel pas vraiment actualisé
  • sa page sur Wikipédia
  • une biographie assez complète
  • la biographie sur le site d'Universal Music
  • les archives de l'INA avec notamment Cat et Maxime qui chantent Dis-moi où mènent les pas chez Drucker en octobre 1966 ! Un bijou, avec Catherine en jeune fille bien classique et Maxime en cravatte-veston et sans barbe !
  • un extrait du passage à l'émission Discorama, en 1971, avec Catherine
  • et puis pas mal de sites à trouver : dans un moteur célèbre de recherche, en mettant "Catherine Le Forestier", on trouve 52 100 pages… et il doit y en avoir bien plus !

 


Chansons


Textes


D'hiver