Accueil


Images


Mots


Vie

Patrick Abrial

Graeme Allwright

Philippe Anciaux

Morice Benin

François Béranger

Michel Bühler

Georges Chelon

Daria de Martynoff

Jacques-Ivan Duchesne

Cloé du Trèfle

GAM

Ann Gaytan

François-Marie Gerard

Jofroi

Jean-Marc Le Bihan

Catherine Le Forestier

Maxime Le Forestier

Coline Malice

Yves Marchal

Maurane

Frederik Mey

Georges Moustaki

Didier Odieu

Nicolas Peyrac

Raphy

Jean-Claude Rémy

Robert

Olivia Ruiz

Pierre Selos

Claude Semal

Yves Simon

Alain Souchon

Christiane Stefanski

 

Cette page n'est ni une bibliographie ni une discographie complète.
Juste une émotion, une communion.
Quelques idées personnelles sur un chanteur apprécié,
et quelques commentaires sur ses disques qui sont dans ma discothèque !
Dernière mise à jour : 5/05/17

Patrick Abrial

Patrick Abrial est, pour moi, un grand mystère. Mais un mystère génial. Je l'ai découvert lorsque j'étais scout pionnier, en 1969, et que je grattais mes premiers accords de guitare pour animer les feux de camp. À côté des incontournables Hugues Aufray et Graeme Allwright, une chanson émergeait parmi d'autres : Chanson pour Marie, d'un certain Patrick Abrial. Pour tes yeux d'eau claire et tes cheveux de brume, bouquet de bruyère sous un ciel de lune, pour tes mains de femme qui savent consoler, réchauffer mon âme quand je suis fatigué, je t'aime, Marie, je t'aime, je n'ai que toi pour ciel de lit, je t'aime, Marie, je t'aime, avec toi je ferai ma vie… Quarante ans plus tard, je connais encore par cœur ces paroles qui ne pouvaient que toucher le jeune adolescent que j'étais. La mélodie n'était pas en reste, et la voix d'Abrial - cette voix basse et claire - avait achevé le coup de foudre.

Ce n'est que plus tard que je revins à Patrick Abrial, vers la moitié des années 70. J'avais un peu plus d'argent qui me permettait d'acheter parfois un disque. Aussi, lorsque je vis la pochette de Je nous aime, moi qui étais un passionné de la bande dessinée Simon du Fleuve, je ne pus que me laisser séduire par ce guitariste émergeant d'un paysage d'amour. Chanson pour Marie résonnait encore dans mes oreilles et j'achetai en toute confiance. Je fus loin d'être déçu. Cet album est un joyau. De la poésie, de l'humour, du sens, de la vérité. Et puis toujours, cette voix.

Je ne reviens à Abrial qu'au début des années 80. Gagnant désormais ma vie - ou du moins percevant de l'argent en échange de mon travail -, je consacre une bonne partie de mon budget à acheter des disques. Je découvre ainsi Condamné amour, dont j'achète une réédition, qui continue la séduction. Puis je découvre simultanément Vidéo et La fille du boucher. Et là, c'est le choc. C'est bien sûr toujours de l'Abrial, mais dans une autre planète. Du chanteur "folk", il est passé au rock. Pur et dur. Hard. Moi qui n'ai jamais été très "électrique", je me sens tout à fait déstabilisé. Bouleversé même. Cet Abrial-là fait une musique qui n'est pas de mon univers, qu'en temps normal je n'écouterais pas. Et pourtant j'écoute. J'écoute et j'aime cette voix, même si ce n'est parfois plus de la chanson, mais un cri. Je ne m'y retrouve pas tout à fait, mais je ne peux m'empêcher d'y revenir encore et toujours. Il y a là une rage, une violence inouïe, une folie démente. On ne peut pas s'en détacher.

Mais on ne peut pas vivre non plus avec tant de hargne. Apparemment, Abrial arrête de chanter. Du moins dans une démarche personnelle. Il revient en 95 avec Les fables de La Fontaine. C'est sans doute la même démarche : un regard désabusé sur les vices de l'humanité. Ce n'est plus tout à fait du rock, mais l'exploration des univers musicaux jazz, dance, funk, reggae, rap… Surprenant.

On n'entend plus parler vraiment de Patrick Abrial. Il continue cependant une carrière d'acteur de théâtre, commencée dès 1973 au moins ("Ove" en juillet 73 au "Vrai chic Parisien", avec Georges Faget-Bénard) et participe aussi à quelques films ("Urgence" en 1984 , par exemple). Il est aussi compositeur de musique de film (Le Grand blanc de Lambaréné,1995 / Prison à domicile, 1998), de pièces de théâtre (Titanic Mississipi, 1986 / La soupière, 1991), de TV (un épisode de Commissaire Valence, 2003), ou encore de pub, de clips et de génériques.

En 2006, il participe au projet Fils de qui ?, histoire d'un gars d'aujourd'hui né d'une Marie et d'un Joseph. La voix d'Abrial n'a pas changé, mais elle s'est apaisée. Ce serait bien s'il nous refaisait un album personnel !

Ce sera peut-être le cas ! En 2015, il semble qu'on revoie et réentende Patrick Abrial, en duo avec le guitariste Jye, et en pleine forme. La preuve : La chanson de Prévert ou Fétiche ! Et un Teaser où il précise ce nouveau projet. Super !

1966 - "J'ai faim" - 33 Tours Mono CBS 62671
Le monde à l'envers / Chanson pour / Rêve / Ses yeux / J'ai faim / Les cow-boys de l'ère atomique / Vivre sa vie / Dallas / Le voyageur / Sylvie / Le diable / Les yeux de ma môme

Perdu devant la mer, Abrial paraît bien jeune et bien gentil. Il a 20 ans. Mais ce premier album, qui reprend les 4 titres d'un 45 tours précédent, est déjà bien plein ! On change d'ambiance à chaque titre, tout en restant relativement classique. Une particularité : l'ordre des chansons du disque n'est pas celui de la pochette. J'aime l'amour de Chanson pour et de Ses yeux. La conviction de Vivre sa vie. Et ce super tu m'emmerdes, Sylvie !

1966 - "Mister James Brown" - 45 Tours CBS EP 6250
Mister James Brown / Solitude / Le croc'Odile / Le vent m'a dit

On est en pleine vague yéyé ! Alors, Abrial s'y met aussi (sans doute surtout son producteur). Mister James Brown aurait pu être chantée par Nougaro. Avec une musique de Joe Dassin, Le croc'Odile se glisse dans l'ambiance un peu gnangnan de chansons comme les Dalton ou autres niaiseries. Solitude et Le vent m'a dit sont plus intéressantes, sans bouleverser la chanson pour autant. Enfin, bref, on imagine qu'on a dit à Abrial qu'il devait faire dans le yéyé, comme le montrent le costard et la paire de lunettes noires dans la poche. Heureusement, il n'a pas persévéré !

1967 - "Adagio pour un amour" - 45 Tours CBS EP 6381
Adagio pour un amour / San Pedro / J'aurais voulu être Verlaine / Histoire d'amour

Si les orchestrations ont un peu la lourdeur de l'époque, Abrial signe les paroles et musiques des chansons, sauf Adagio pour un amour dont la musique est de Charles Dumont (qui n'est quand même pas un manchot). Au bout du compte, ce sont sans doute de bonnes chansons, plus proches du vrai Abrial, mais on aurait préféré des orchestrations moins chargées et plus mélodieuses… Erreurs de jeunesse ? C'est sans doute trop sévère : ce ne sont pas des erreurs !

1968 - "Si tu étais une fleur" - 45 Tours CBS 2997
Si tu étais une fleur / Je vous prête mes yeux

Ils ont fini par comprendre qu'Abrial n'était pas un yéyé. Il est écrit : "Le talent d'Abrial est totalement neuf et différent de tout ce qui a pu être fait jusqu'à présent. Il a réussi sur ce disque ce qui paraissait être une gageure : écrire une chanson de qualité, avec de jolis mots poétiques et simples, sur une mélodie qui est une vraie mélodie, jeune, rythmée et moderne." La pochette ne précise pas de quelle chanson il s'agit. Pour moi, c'est la Face B, Je vous prête mes yeux et je reste dans le noir, regardez, regardez tout ce que les vôtres n'ont pu voir

1968 - 45 Tours CBS 3622
Brebis galeuse / Mini moineau

Deux chansons composées avec Bernard Le Bellego, orchestrées par Jean Musy. Une force peu commune dans la Brebis galeuse. Opposition entre celui qui réussit et celui qui est un raté. Je suis la brebis galeuse qui n'a personne à aimer… Personne ne veut de moi. Une rage contre le rejet des sans-grades, encore très actuelle 40 ans plus tard. Mini moineau est plus gentille, rien qu'en apparence peut-être. Le petit oiseau un jour est parti !

1969 - "Chanson pour Marie" - 33 Tours CBS S 63625
Chanson pour Marie / Écoute petit / Nanar, l'anar / Fétiche / Ballade de l'insoumis / Le grand ordinateur / L'amour fou / Ma femme, ma guitare et mon chien / La soif de vivre / La vamp rachitique / J'ai retrouvé mon sourire

CReprenant l'excellente Chanson pour Marie, sortie en 1968 en 45 tours, on découvre un Abrial épanoui, tout en étant lucide et sans illusion. Des chansons plutôt folk, style Allwright ou Aufray : Écoute petit, Fétiche (poème pour sa guitare), Ballade de l'insoumis. Mais aussi des ambiances plus dures : Le grand ordinateur (on est en 69… quelle prémonition !), La soif de vivre (sublime), La vamp rachitique. Une particularité : Jean Musy, à la direction de l'orchestre, se prénomme ici "John" !

1970 - "Petite Isabelle" - 33 Tours CBS S 64211
Petite Isabelle / Vu du dehors, vu du dedans / Si la saison est bonne / Ma jeunesse passée / Athènes / La cloche à fromage / Avant qu'il ne soit trop tard / Je chante pour oublier / 2000 ans déjà / Je te ferai un enfant / Le bouton de culotte

Musy, redevenu Jean, orchestre 4 chansons. Les autres sont accompagnées par Abrial, Le Bellego et Daniel Servat. Dans une ambiance douce. Même la voix d'Abrial est retenue. Tout l'album l'est d'ailleurs, retenu. Les paroles sont un peu vides parfois… Je chante pour ne plus penser ! Mention spéciale pour 2000 ans déjà, contre l'hypocrisie sacerdotale ! Et aussi la chanson à texte Le bouton de culotte, pour son humour sarcastique !

1972 - "Graine de poète, gueule de gaulois"- 45 Tours CBS 7305
Graine de poète, gueule de gaulois / Marion

Une gueule de gaulois, à la Vassiliu. Cette graine de poète ne correspond pas aux rêves du papa, mais rejoint les nôtres. Alors, on prend, même si ça ne bouleverse rien. Plus de force, de tension dans Marion. C'est en fait la même histoire : l'enfant qui n'est pas ce que les parents ont voulu. Marion est partie, ce matin, sans un bruit. Alors qu'on a tout fait. Alors qu'on l'étouffait. Sur la table, un papier déplié… je vous aime, au revoir !

1972 - "Je nous aime" - 33 Tours Columbia FS 90110 (version canadienne)
Les enfants Dieu / Comme au poker / Il ne faut jamais mentir aux enfants / Mort au champ d'amour / L'enfant femme / Avis aux adultes / La fille que j'aime / Les pelles mécaniques / Je nous aime / Deux petites gouttes d'eau / Cortège

Pour moi, le meilleur album d'Abrial, de loin. L'équipe a changé. Le Bellego ne signe que 2 musiques, alors qu'André Beneteau en propose 8, Abrial gardant celle de La fille que j'aime. Et puis, Musy a définitivement disparu. C'est plein de vie, d'humour, de vérité. Tout est excellent, abouti, ouvert. Non, le paradis n'est pas perdu, il s'ouvre à qui veut bien le regarder !

1972 - "Slag" - 45 Sonopresse ST 40013
Morceau créé par Abrial : Slag Machine

Ce 45 tours fait partie d'un autre univers, mais qui touche sans doute plus à ce que fait Abrial aujourd'hui, à savoir des musiques de film, de la production, des sonorisations de projets divers… Dans ces années 70, de nombreux labels indépendants proposent des morceaux destinés à servir de support audio à des reportages radiophoniques, télévisés ou cinématographiques. Slag Machine en est un. On y entend au début la voix d'Abrial, en anglais. Puis, instrumental aux sons complexes et funky. À noter que le morceau fut repris sur le CD La Guêpe Vol 2 - Deep Inside The French Library Music.

1975 - "Condamné Amour" - 33 Tours Festival FLD 742 MU 218
Intro / Grand mère / Rue des mouettes / La magouille / Ludwig Van / Mariage / Berlin / Au clair de la lune / Le testament / Requiem pour un roi fou / Condamné amour

La version que j'ai est une réédition parue en 1981, avec une pochette différente de l'original. Après avoir ressemblé à Vassiliu, à Simon du Fleuve, Abrial dessiné a ici quelque chose d'Allwright. Abrial est cette fois auteur-compositeur de toutes les chansons. Elles sont toujours pleines de vie, d'humour, de hargne. J'adore Mariage, chanson d'amour sarcastique. J'aime aussi le délire naissant de Berlin, du Requiem pour un roi fou, de Condamné amour. Même si on est bien loin de Chanson pour Marie !

1977 - "Stratageme Group - Mannderly " - 33 Tours Sonopresse 69 678
Intro / Pauvre Rocky / La millième fois / Babylone / El Dorado / Le Pacifique, Jojo / Les pirates / Killer's music / J'ai partie liée

On est dans le kitch de la fin des années 70, les années "Rubettes" ! Bon d'accord, la comparaison n'est pas excellente. Quoique. On est en tout cas entré dans un autre univers musical : le rock. Il y a de l'électrique partout, de la batterie, et tout et tout. Les textes, et la manière de les chanter, deviennent de plus en plus déjantés. Mais géniaux. Un coup de cœur pour Le Pacifique, Jojo. Histoire d'une overdose, mais il y a du Brel là-dedans, à plus d'un titre !

1978 - "Le bonbon" - 33 Tours Sonopresse 2S 068 16642
Le bonbon / La galère des musicos / Together / Le peuple de Râh / Mozart / Julie sois cool / On a tous les droits / La maison ne fait plus crédit / Docteur Jo / Imagine

On prend quasi les mêmes, et on recommence, sauf qu'ils s'appellent maintenant Abrial Group. Musicalement, c'est du pareil au même : du rock bien électrique, mais avec une participation vocale de tout le groupe, par exemple dans Le peuple de Râh. C'est un disque décalé, à l'humour au 2e degré, à ne pas prendre au sérieux. Abrial le dit dans la chanson titre : Y a pas de message dans ma chanson, si t'es bien sage t'auras le bonbon…

1981 - "Vidéo" - 33 Tours Accord ACV 130025 MU 219
Grand méchant loup / La locomotive tzigane / Moi, j'm'en fous aujourd'hui / Alinéor / Vivre avec toi, baby / Zone interdite / Le capitaine pleure / Phantom / Pompeï / L'amour, l'amour / Atlantique

On peut penser - on peut penser le contraire - que le tournant rock pris par Abrial est lié à son fils Thibauld, à qui était dédié l'album de 1977. Ce fiston est devenu Tibo, un guitariste électrique et on apprend par Vidéo qu'il accompagne désormais le papa sur scène. Pour le reste, on est dans la ligne des deux albums précédents. Écriture délirante, mais forte. Moi, j'm'en fous aujourd'hui. T'es qu'un p'tit chromosome, une masse de neurones, largué sur la planète, un jour faudra qu'ça pète.

1982 - "Abrial's - La fille du boucher" - 33 Tours CBS 85807
Les anges de l'enfer / La fille du boucher / Métallo-mégalo / Anastasia / Funky / Varsovie / Prends ton chopper rocky / Billy / Nina / Locomotive tzigane II

Tibo Abrial est devenu guitariste attitré et on retrouve Gérard Mottée (Gégé) de l'époque de Stratagème Group. Des paroles où les consonnances américaines sont légion : Hollywood, Johnny be good, New York, Skins, Funky, Cool, Taxi driver, Chopper… Ça doit carburer sec, à n'importe quel carburant. Je suis une locomotive tzigane en état d'ivresse, ayez pitié pour l'alcootest. Je suis une locomotive tzigane, en état de parano totale ! Arrête ton cirque, Billy.

1996 - "Les Fables de La Fontaine" - CD XIII Bis Music 692 232 MU 792
Le laboureur et ses enfants / Le loup et l'agneau / Le corbeau et le renard / Le chameau et les bâtons flottants / Le lion et le rat / La cigale et la fourmi / Le lièvre et la tortue / Le petit poisson et le pêcheur / La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf / Le héron / Les deux amis (+ 10 versions instrumentales)

En 1995, après un long silence, Abrial revient assagi, avec ces adaptations des Fables de La Fontaine sous le nom "De La F." et le titre "La raison du plus fort". La version que j'ai date de 1996 et est légèrement différente. Mais c'est génial ! Sans trahir le texte original, Abrial propose des versions Jazz, Dance, Funk, Reggae, Rap, Rock de ces monuments littéraires !

2001 - "Fils de qui ?" - CD Indie (Sorti en 2005 chez Wild Palms Music)

Fils de qui ? est un projet "Trip-Hopéra Rock en 6 Actes" de Y2R et Klifa Rachedi (avec qui Abrial a réalisé les arrangements des Fables). C'est l'histoire d'un fils qu'on appelait le Fils. Sa mère s'appelait Marie, et puis son Père, Joseph. Il est né dans les rues d'une quelconque banlieue, et jusquà sa trentième année, il ne fit pas parler de lui… Abrial y intervient, apparemment dans un rôle de narrateur. On peut entendre sa voix basse, sur MySpace, dans L'Annonce faite à Marie et Fils de Qui, mais il intervient sans doute sur d'autres titres (je n'ai malheureusement pas ce CD).

Quelques liens :


Chansons


Textes


D'hiver