Accueil


Images


Mots


Vie

Patrick Abrial

Graeme Allwright

Philippe Anciaux

Morice Benin

François Béranger

Michel Bühler

Georges Chelon

Daria de Martynoff

Jacques-Ivan Duchesne

Cloé du Trèfle

GAM

Ann Gaytan

François-Marie Gerard

Jofroi

Jean-Marc Le Bihan

Catherine Le Forestier

Maxime Le Forestier

Coline Malice

Yves Marchal

Maurane

Frederik Mey

Georges Moustaki

Didier Odieu

Nicolas Peyrac

Raphy

Jean-Claude Rémy

Robert

Olivia Ruiz

Pierre Selos

Claude Semal

Yves Simon

Alain Souchon

Christiane Stefanski

 

Cette page n'est ni une bibliographie ni une discographie complète.
Juste une émotion, une communion.
Quelques idées personnelles sur un chanteur apprécié,
et quelques commentaires sur ses disques qui sont dans ma discothèque !
Dernière mise à jour : 18/11/16

Jean-Marc Le Bihan

Jean-Marc Le Bihan ! C'est avec une émotion évidente que je commence cette page. Quelque part, c'est pour moi le seul vrai chanteur populaire. Celui qui chante pour le peuple. Tout particulièrement dans la rue.

Je l'ai rencontré lorsque j'accompagnais Robert. Ces deux-là, tout naturellement, devaient s'entendre. Les amis de mes amis sont mes amis… et j'ai bien sympathisé avec Jean-Marc. Périodiquement, je le croisais dans la rue, dans les années 1975, surtout Rue Neuve à Bruxelles. J'étais toujours subjugué par cette ferveur de chanter… et par celle des nombreux passants qui s'arrêtaient, se demandaient bien ce qu'il leur arrivait et écoutaient cette voix éraillée chantant, criant parfois, des choses pas banales. C'est à cette époque que j'ai écrit la chanson "Jean-Marc", dont la musique est inspirée par celle d'une chanson de Jean-Marc, composée par Dominique Pardo, son accompagnateur de l'époque.

il n'est que peu de rues
que tu n'aies rencontrées
qui n'aient vu ton sourire
et caressé tes pieds
il n'est que peu de visages
qui n'aient entendu ta voix
qui n'aient pénétré ton cœur
sans en avoir plus chaud
il n'est pas de regards
que le tien n'aie croisés
sans se sentir vidés
jusqu'au fond de la moëlle
mais le vent qui pénètre
dans ton cœur déserté
oh que tu le voudrais
plus doux et plus tendre
à travers nos misères
tu promènes tes vides
qui viennent nous parler
au creux de nos cuirasses
il faut dire que parfois
tu te demandes encore
si c'est toi ou bien nous
qui sommes les plus fous
alors tu continues
mais tu fermes les yeux
il fait plus beau là-bas
derrière tes volets
mais il arrive toujours
un moment où il te faut
les ouvrir bien grands
et voir notre vie
et j'aurais beau te dire
qu'on aurait pu être frères
qu'est-ce que cela changerait
j'aurais tout aussi peur
mais peut-être que toi
ça te ferait bien croire
qu'il y a quelque part
un Dieu qui pardonne
mais en attendant
je t'ai vu l'autre jour
dans le froid dans le vent
devant notre ignorance
mais je suis oui je sais
qu'en cet instant-même
parce que c'est ta vie
oui je sais que tu chantes…

tu chantes…

François-Marie GERARD © 1976

Il y eut bien sûr Forest-National, le samedi 26 avril 1980 ! Entrée : 80 francs belges, soit un peu moins de 2 euros ! J'en étais et c'est le genre de concert qu'on n'oublie pas. Sacré défi : Jean-Marc, chanteur de rue, allait "remplir" Forest-National pour un soir. Il y eut quand même 3000 personnes… FN n'était pas rempli, mais l'ambiance était géniale et enfumée ! Quand Jean-Marc apprit qu'il fallait payer quelques sous pour aller faire pipi, il s'offusqua… provoquant le délire parmi les spectateurs. N'empêche, il oubliait ainsi qu'il était en Belgique où le métier de "Madame Pipi" est une institution tout aussi respectable que n'importe quel autre métier !

Depuis lors, je ne l'ai plus vu. J'ai eu quelques contacts électroniques et virtuels… et j'ai eu l'impression que sa tête avait un peu grossi. Mais je m'en fous : pour moi, Jean-Marc reste un chanteur extraordinaire, entier, sincère, tendre, révolté. Unique en son genre.

Pour la petite histoire, il est né en 1953 - une bonne année ! - dans un milieu populaire et ouvrier. À 14 ans, il était apprenti-mécanicien pour se retrouver dans un laboratoire photographique. Mais le désir de bouger et de créer l'entraîna un peu partout en France et en Belgique. En 1975 (ou 1973 ?), la rencontre avec Dominique Pardo est déterminante, avec en septembre de cette année-là le premier spectacle, rue de la République, à Lyon. Le voyage était commencé. Il continue sans doute encore. La voix, avec les années, est devenue de plus en plus éraillée. Les illusions se sont envolées, pour la plupart. Mais, Jean-Marc, s'il-te-plaît, continue à chanter…

1980 - "Spy Février 80" - 33 tours Don Quichotte JMC 002
Silence / Je ne suis pas / Le tango des phallos / Chanson pour rire / Si tu veux regarder / Rue de l'an I / La misère et la mort / Cocktail pour un XXème siècle

Un disque enregistré, produit et déposé en Belgique. Pour moi, tout est bon. Quelle sincérité ! Quelle émotion. S'il le faut, je mettrai en relief Si tu veux regarder : tu comprendras mon frère pourquoi je ne veux pas m'en aller à la guerre et jouer au soldat. Et aussi cet extraordinaire Cocktail pour un XXème siècle : Mais y a quand même des enfants qui s'aiment et qui s'aiment tendrement, y a même pendues au ciel des étoiles depuis cent mille ans.

sd - "Entre l'espoir et la détresse" - 33 Tours Vendémiaire vdes 030
Le vagabond / Histoire vécue / Le prolo / L'insoumis / Pierrot / Ta vie ne fut pas un voyage / Hommage à un vieil homme / La vieille putain / La petite fille / L'espoir et la détresse

Il y a apparemment eu deux versions de ce disque, une enregistrée en 1978 dans une grange, et l'autre - enregistrée plus tard - en studio. Et tout est bon, une fois de plus. J'aime bien sûr Le vagabond, L'insoumis, Pierrot, La petite fille… mais les autres chansons sont excellentes. Le Bihan, c'est pas n'importe quoi quand même !

1982 - "Que faut-il te dire ?" - 33 Tours JMLB 2
Il n'y a que le vent qui chante sans faire payer / Que faut-il te dire ? / J'ai / Plaisanterie / Le pavillon des suicidés / Confessions / Jusqu'au bout / Naissance

Ce disque fut durant de longues années un joyau de ma discothèque et le reste sans doute encore aujourd'hui, vibrant profondément à chaque fois que je l'écoute. Les instrumentations sont très soignées, mais l'émotion demeure. Impossible de mettre en avant une chanson en particulier, si ce n'est peut-être Naissance, dont j'ai emprunté les accords de guitare pour créer ma chanson Jean-Marc.

1985 - "Écoute le cœur des gens" - 33 Tours JMLB 005
Le souvenir d'Hélène / La misère et la mort / Angoisse de vivre / Deux vieux qui s'aiment encore / Les rues du désert / Willi chantait / Regarde-toi / Silence / Chanson surréaliste / Écoute le cœur des gens

Cinquième (et dernier ?) 33 tours. Voir commentaires à propos du CD de 1995 "Pas à pas" qui le reprend entièrement, ainsi que 5 chansons de l'album précédent.

1991 - "Centre culturel œcuménique de Villeurbanne" - CD (paru en cassette)
Que faut-il te dire / J'ai / Le souvenir d'Hélène / J'ai rendez-vous avec la mort / Angoisse de vivre / Nature / Silence / Plaisanterie / Confession / Deux vieux qui s'aiment encore / Le pavillon des suicidés / What is Look / La vieille putain / L'homme blessé / Écoute le cœur des gens / Lettre enfantine

Je ne suis pas un chanteur. Je suis témoin des réalités de la vie d'aujourd'hui. Je me fous des structures qui enchaînent l'être au profit du pouvoir de l'argent et du matérialisme. Je lutte contre la connerie, avec la force du désespoir et de la tendresse des mal-aimés. Croire en l'impossible reste possible.

1994 - "Le migrateur" - CD Kerig K 107
Des gens sans importance / Femme / Rêve / C'est doux chez toi / Mon pauvre amour / Ballade noctambule / Treize ans / La petite étoile avortée / Parce qu'il était / Et qu'on en parle plus / Annoncer la couleur / Le migrateur / Lettre enfantine

Premier CD de Jean-Marc, globalement très apaisé, même si profondément blessé : la vie traîne ses souffrances et finit toujours par se terminer. Des orchestrations sophistiquées, sur des musiques de Michel Rampillon. Plusieurs textes dits dont la très belle (et longue) Lettre enfantine, adressée au père qui s'en va : je veux pas que tu meures ! Je ne veux pas ! Parce que je t'aime !

1995 - "Pas à pas" - CD Kerig K 106
Que faut-il te dire ? / J'ai / Plaisanterie / Le pavillon des suicidés / Jusqu'au bout / Le souvenir d'Hélène / La misère et la mort / Angoisse de vivre / Deux vieux qui s'aiment encore / Les rues du désert / Willi chantait / Regarde-toi / Silence / Chanson surréaliste / Écoute le cœur des gens

Compilation de deux 33 tours épuisés : Que faut-il te dire ? (5 chansons) et Écoute le cœur des gens (1985). Toujours la même densité, la même poésie, le même désabusement aussi. Et pourtant qu'il est doux de vivre fou, même s'ils ont peur de toi. Qu'il est fou de vivre doux, même si cela ne se fait pas.

2002 - "Histoires vécues" - CD Le loup du faubourg LFB 063
Ta vie ne fut pas un voyage / La vieille djellaba / Nomad'café / Le cri de ceux qu'on n'entend pas / La vieille / Histoire vécue / Si tu veux regarder / Gey / Ça fait grincer des dents / Si vous croyez / Et puisque…

Un très bel album, très soigné, avec des reprises des premiers disques, mais aussi bien sûr des chansons originales, souvent avec des musiques de Jean-Marc lui-même. Il reste fidèle à lui-même. Je ne chante pas pour vous plaire, j'chante pas non plus pour vous déplaire, je chante au cri de mes passions, je suis un champ d'blé sans moisson.

2006 - "la scène…" - CD Acte alpha JMLB1
Vivre / Que faut-il te dire / Femme / Rêve / Le pavillon des suicidés / Angoisse de vivre / C'est doux chez toi / Jusqu'au bout / Deux vieux qui s'aiment encore / Mon pauvre amour / La chanson des enfants / Parce qu'il était / Les rues du désert / Regarde-toi / La misère et la mort / Écoute le cœur des gens / Le migrateur / Le vagabond

Un disque en public, c'est toujours un peu inévitablement retrouver des chansons qu'on connaît. C'est d'autant plus marquant quand les orchestrations sont absolument les mêmes que sur le disque studio. Mais comme elles sont bonnes, ça passe. Cela dit, deux nouvelles et belles chansons (pour moi) : Vivre et La chanson des enfants. Aussi deux excellentes reprises du début : La misère et la mort, et Le vagabond, chantée a cappella.

 

" La compilation de FMG " - CD Hors commerce
Silence / Chanson pour rire / Si tu veux regarder / Cocktail pour un XXe siècle / Le vagabond / L'insoumis / Ta vie ne fut pas un voyage / Hommage à un vieil homme / L'espoir et la détresse / Il n'y a que le vent qui chante sans se faire payer / Que faut-il te dire ? / J'ai / Plaisanterie / Le pavillon des suicidés / Confession / Jusqu'au bout / Naissance

Ce CD n'existe pas vraiment. C'est celui que j'ai gravé à partir de mes 33 tours. J'ai évidemment sélectionné celles qui - pour moi - sont les meilleures chansons… !

Quelques liens :

 


Chansons


Textes


D'hiver